jeudi 4 novembre 2010

Y'a des jours comme ça...

Il y a un mois... un petit matin brumeux après seulement quelques courtes heures de sommeil précédées d'une dégustation de vin de pêche présidentiel...

Il fait encore nuit, le président vaque à ses occupations...Julien Gaule nous abandonne lâchement en repartant se coucher... et nous nous dirigeons avec la miss au point de rendez-vous. Pierrot et Fab nous attendent pour la descente d'un petit bout de rivière...

Les merdes habituelles, mon float est crevé, celui de la miss a subitement perdu un bouchon, et c'est comme des gitans que nous attaquons la pêche, avec rapidement quelques tapes courtes, et même une décroche de poisson solide pour Pierrot...

La pêche suit son cours, quand la miss annonce un poisson correct. La BPS ML est pliée comme je l'avais rarement vue, mais le 18 tient le coup, et c'est un superbe poisson d'une soixantaine de centimètres que nous voyons apparaître entre les floats. Quelques rushs supplémentaires, et c'est dans l'épuisette, on hallucine. J'ai jamais vu une truite aussi grosse et aussi grasse de près... elle est vraiment belle...

Je passe l'épuisette à la demoiselle, et en saisissant le poisson posé sur ses genoux, l'enseignement le plus utile, le plus précieux, et le plus subtil qui peut être donné à un pêcheur s'impose à elle : un poisson, ça glisse. Plouf. Je revois la scène au ralenti, le poisson n'a même pas bougé, il a juste glissé de ses mains comme une vulgaire savonette. Je deviens fou, et le grand moralisateur que je suis commence à lui faire la leçon : "tu te rends pas compte ! Un poisson comme ça, on l'attend tous, et toi qui l'a, t'as même pas une putain de tof ! Elle a même pas bougé, merde quoi ! T'auras certainement jamais la chance d'en refaire une comme ça !!!".

Le miss se crispe, s'éloigne, et il ne faudra pas plus d'un quart d'heure pour entendre un plouf énorme, suivi d'un second, puis d'un troisième où nous voyons clairement un poisson sortir entièrement de l'eau... il est encore plus gros et plus foncé... j'ai du mal à y croire...

Ca recommence, moulin qui déroule, 18 qui tient, épuisette, et cette fois, grâce à une explication rapide de Pierrot sur la manière de tenir le poisson, une tof sera possible. Une mesure aussi : 64 cm.


On était venus pour elles... et c'est la miss qui les a trouvées. Si ce n'était pas deux beaux mâles bien bécards, j'aurais volontiers cru à une histoire de filles... un truc un peu à la con... mais à l'évidence, rien de tout ça. Peut-être juste un peu de finesse feminine...

Y'a des jours comme ça... :)

A+
Matt

4 commentaires:

Vignot' a dit…

Nice ;)
J'avais oublié ma décroche, merci de me le rappeler...

Matthieu a dit…

A ton service...:)

Milou a dit…

Peuchère, le joli bécard! Pas besoin d'aller en Irlande la miss pour sortir des steak...! Impressionnant, et content pour toi, Lenka... Et félicitations! Euh Matt, ...félicitation seulement pour l'article!!

Guilhaume a dit…

respect, tres beau poisson,
bravo a la miss!
y a des jours comme ca ^^